PROGRAMMATION


 

Jeudi 04 juillet

concert
Pont Flaubert (Rive droite)
Indie rupestre
Quatre rouennais, dont deux ex-No Records : le terrain abordé est celui d'un indie-rock à la fois puissant et fin, porté par un groove solide et franc. Des claviers qui ronronnent, des guitares syncopées... tout ce que la pop dansante et catchy a fait de mieux, de Television à Franz Ferdinand, de Blondie à Foals, se retrouve chez Lascaux. Depuis 2011, le langage s'affirme, les compositions se bâtissent au gré des séjours en studio, pour aboutir à ce qui sera certainement la Next Big Thing à suivre !
concert
Pont Flaubert (Rive droite)
Avec Sonic Youth et Pixies, Dinosaur JR est l’un des monstres sacrés de la scène indie-rock US. Proche de la culture skate, l’empreinte que le groupe a laissée sur les années 90 est immense. Il a préfiguré l’avènement de la scène grunge et façonné un son unique. Bruitiste et mélancolique, on distingue sous une épaisse couche de fuzz et de rage noise des mélodies pop nerveuses et accrocheuses. La formation originale - Jay Mascis, Lou Barlow et Murph - est enfin de retour et en grande forme.
concert
Pont Flaubert (Rive droite)
La pop électronique et hallucinée des Pachanga Boys, supergroupe formé par Superpitcher (Kompakt) et Rebolledo (Cómeme), nous parle de danse hippie, d’amour, de joie et de sensibilité. A l’image de « Time », hymne hédoniste en puissance, le duo germano-mexicain nous enveloppe de ses mélodies sensuelles aux rythmes exotiques et aux nappes aériennes. Leur message est simple et plein de bons sentiments : la vie est belle, chantez la, dansez la, rêvez la !

Jeudi 11 juillet

concert
Place du 19 avril 1944
Tripes à la Bordelaise
Des rencontres, des visages, des navires qui coulent, des épiphanies de comptoir et des instants chavirés : de tout ça est né Amara, bien-nommé groupe mené par la verve à sang chaud du bordelais Akim Amara, ex-Crésus et peut-être dernier des songwriters habités de France. Après Murat et Dominique A, il faudra compter sur lui pour trouver de la prose avec des tripes dedans. Avec quatre Radiosofa en backing-band, ses chansons corsaires ont trouvé leur port d'attache ici, à Rouen.

concert
Place du Vieux Marché
Sagesse hébraïque
Monté en 2008 par le guitariste Yuval Amihai, ce quintet parisien séduit par la façon dont le chant moyen-oriental habille le corpus jazz qui fait respirer sa musique. Deux saxophones, une guitare, une contrebasse et une batterie invitent à un voyage au cœur de l'émotion pure, où la technique -pourtant très solide- s'efface au service d'un lyrisme jouissif, d'un élan d'amour venu du fond des boyaux qui s'adresse à tous, jazzeux experts ou profanes ravis. Vu aux côtés d'Avishaï Cohen, Bojan Z... 
concert
Espace du Palais
Mille et Une Nuits
Bienvenue à bord du tapis volant de Gaspard Vanardois. Au son de l’oud, instrument proche du luth que l'on retrouve dans bien des cultures du Maghreb au Moyen-Orient, ce multi-instrumentiste tisse son motif à la façon d'un jazzman éclairé, improvisant sur des trames qui puisent dans des traditions millénaires sans jamais s'emmêler. En résulte le véhicule naturel d'un voyage aux confins d'une poésie qui sent la fleur d'oranger, le jasmin et le tendre gazon de l'oasis qu'on n'attend plus.
concert
Rue Eau de Robec
Rockeur de Diamant
Des City Kids et leur Orphans Parade qui fleurait bon le béton havrais, Dominique Comont a gardé intacte sa foi dans les grands du rock'n roll. Son panthéon, qui hébergeait The Saints ou Radio Birdman, s'est élargi et accueille maintenant des artistes à la sensibilité plus blues ou folk. Epaulé par Christophe Pélissié à la guitare et Claire Roignant au chant, son nouveau disque en anglais, « It's Time », est la marque d'un alchimiste qui s'ignore -qui a trouvé de l'or là où il cherchait du plomb.

concert
Place de la Pucelle
Fabulous Troubadours
Qui a dit que la France ne savait pas faire de pop à l'anglo-saxonne ? Ce péremptoire jugement part rejoindre la porcelaine de Jacob & Delafon dès la première écoute du « Life Traffic Jam », premier album des Rennais produit par deux Tahiti 80 à Rouen. Une élégance innée, une écriture ciselée façon Byrds ou Zombies, et assez d'audace pour aller tâter de la folk ou de l'electro quand il faut renouveler son langage. Instant classic, my dear.

Jeudi 18 juillet

concert
Place Saint Marc
Atelier destruction
Fred Tousch entend bien ruiner dans la joie et l'allégresse plus de deux millénaires d'éducation de salon. Parce que les enfants ne sont pas forcément faits pour dire « oui » à tout, ni pour se contenter de jouer les chiens savants assis au piano du salon de « Papââ », ce goûter-concert farfelu est là pour leur offrir un exutoire artistique. Gâteaux au chocolat, ambiance hilare de colo qui dégénère, punk-rock et extermination de mobilier sont au programme de ce moment foufou et jubilatoire pour les 6 ans et plus !
concert
Place Saint Marc
Cœurs de pirates
Qu'on ne se fie pas à leur jeunesse, les quatre dieppois savent ce qu'ils veulent ! Forts d'un premier ep sorti en mars 2012, « It's brand new », les quatre pirates posent les bases d'un style indie-rock qui puise dans le vocabulaire de la pop moderne des années 80 à nos jours. Leur premier album intitulé très justement « Indie » couronne un parcours déjà riche de concerts et de rencontres... voici une affaire de piraterie à suivre de près.
concert
Place des Emmurées
Y'a d'la joie
Une pointe de Boby, deux doigts de Django... leur leitmotiv increvable fait davantage recette avec chaque disque. 10 ans d'existence au compteur, et les zazous normands sont plus espiègles que jamais. Leur troisième album marque un virage vers d'autres horizons, où l'on croise aussi les chicots de Buarque, la banane de Setzer, et les moumoutes de la Momotown. Gilles Adam et sa bande y trinquent à votre santé : lève ton verre, Adam.
concert
Place du 19 avril 1944
Jazz en friche
Les sonorités entendues en boucle depuis les classiques de Verve ou Blue Note semblent avoir défini notre approche du genre. Et pourtant... Julien Soro a eu envie d'ouvrir la fenêtre et d'allier des instruments dont le copinage est pour le moins inhabituel : deux vents (saxophone, tuba) et deux percussions (vibraphone, batterie) se partagent ici l'espace sonore. Avec la notion de jeu permanent en étendard et un troisième disque en préparation, Big Four signe le renouveau du jazz hexagonal.
concert
Place du Vieux Marché
Rumba Gadjo
Ils sont cinq, deux guitares, un saxo, une trompette et un soubassophone. Ensemble, ils parcourent en musique les chemins qui relient les paysages catalans à l'Est montagneux. « Un apéro tapas et vodka », comme ils aiment à se présenter : en effet, leur cuisine lorgne vers la fusion-food. On y goûte un zeste de rumba, une pincée de flamenco, et une bonne cuillère de ces fanfares tziganes typiques qui donnent envie de se trémousser, irrésistiblement.
concert
Rue Eau de Robec
Stronger, faster...
Boots pointues, batterie façon rhinocéros, cuir dégueulasse et jeans pétés, voilà Older, le trio rouennais qui déterre Gun Club d'une main et enterre Lou Reed de l'autre. Pas de basse, dans la grande tradition des groupes trop urgents pour perdre leur temps avec ce genre de politesse. Tout y est agression, hypnotisme primal et Velvetien, psychédélisme urbain et suant. Si on laissait Older gérer les Monuments de la Ville, on trouverait certainement un square Alan Vega quelque part pour y ingérer des opiacés en hurlant à la lune.
concert
Place Saint Marc
Invités d'honneur
Dans le cadre du programme d'échanges musicaux qui lie Rouen à Hanovre, voici donc sur scène nos correspondants d'outre-Rhin ! Et dans leurs bagages, un (hard-) rock moderne et puissant, taillé au burin, aux textes en allemand ou en anglais -emmenés par une voix féminine et... féline. Ca tabasse, mais toujours avec un sens aigu de la mélodie sous la distorsion.
concert
Place Saint Marc
Sainte-pop
Autre rennais à l'affiche, ce « jeune homme moderne » qui s'empare à sa façon du langage 80's de Daho ou Jacno, où les mots cinglent sous la froideur d'une esthétique synth-pop élégante et détachée. Ce n'est donc pas un hasard si on retrouve un des Manceau sur scène avec lui... On retrouvera sur son tout nouveau « Les Héroïnes », tout frais d'avril, la suite logique de son single « Le Large », qui a déjà fait tourner la tête aux radios, et va s'attaquer à la vôtre.
concert
Place Saint Marc
Bordel ambulant
C'est le retour aux affaires de la fratrie consanguine la plus célèbre de Normandie. Un quatrième album sous la fourche, les frères Tellier retournent au pays d'origine des Pères Fondateurs de l'Amérique des extrêmes qu'ils ont exploré sur trois disques : c'est aussi vers l'Angleterre que leurs nouveaux titres se tourneront désormais. Et le ciel, pour n'y être pas aussi écrasant, y reflète tout autant la déconfiture du genre humain. Mais en plus froid. Place au crû Tellier 2013, où la folk hantée aura le goût amer d'un fond de Guinness.

Jeudi 25 juillet

concert
Place de la Cathédrale
Un Dada dans l'écurie
Mathieu Aschehoug, breton confirmé et poète à huit bras, n'en a vraiment rien à carrer de rien. Ni de la bienséance obligée de la chanson française de salon, ni des limites de genre. Sur son second album concocté avec Bertrand Lantz (Mlle K, Brigitte...), se dessine davantage la trajectoire que ce chercheur invétéré de sons et de mots invertébrés entend tracer avant la mort par épuisement : on y trouve du hip-hop lo-fi, des textes moustachus, des guitares déglinguées... et une esthétique unique.

concert
Espace du Palais
L'idole déjeune
Une maturité époustouflante (oui, ils ont la vingtaine, et se portent bien, merci), un jeu naturel et instinctif épaulé par une écoute intelligente des classiques du jazz-rock, de Jeff Beck à Metheny en passant par Pastorius... tout ça fait les joues roses, les fesses charnues et l'oreille alerte. Ah oui, accessoirement, quand on passe par la classe de l'éminent saxophoniste Rémi Biet au Conservatoire de Rouen, ça aide aussi à se forger un sens de la composition à tomber par terre.
concert
Place de la Pucelle
Stinky rocksteady
Depuis 2009, les dix kangourous ska de Dirty Smellers arpentent les scènes locales (106, Trianon Transatlantique, Almendra...) au son two-tone de leurs influences : Steel Pulse, Skatalites, ou The Specials. Cuivres en avant et dreadlocks en bataille, The Dirty Smellers assurent un show énergique, festif et épicé, croisement d'ingrédients anglais et jamaïcains. Une rencontre en musique des fruits tropicaux et du fish'n chips !
concert
Place de la Calende
Prêt-à-danser
Avec un ep sous le manteau, « Jogging Musique », le trio franco-américain est prêt à prendre la relève de N.E.R.D. ou de tout ce qui incarne la fusion des genres sous la bannière du groove, de Parliament à Michael Jackson. Ce n'est peut-être pas le Mariage à l'Italienne, mais on s'en rapproche furieusement : la Madone du funk y ressuscite pour prendre sa revanche sur son époux infidèle, lui qui a trop longtemps convolé avec de tristes amantes. Et le dance-floor retrouve ses couleurs !
concert
Quai de Boisguilbert
Love me true
Langoureusement, amoureusement, les six porte-flingues dépoussièrent le répertoire américain des années 30 à 50. Sans passéisme, mais avec la volonté d'insuffler une dynamique originale à des standards ou des pépites oubliées. Swing, ambiances western, hillbilly, rockab' et romances hawaïennes... mené par la voix de crooner de Peter Fryin' Pan, c'est toute une époque que le groupe ressuscite, et met à la portée de tous. Une rareté, à découvrir d'urgence.

Jeudi 1er août

concert
Place de la Cathédrale
Tant d'aime
C'est avec une tendre complicité que le duo le plus soudé de la chanson française porte son nouvel album « Tout va bien » sur scène. Un spectacle qui fait la part belle aux contrastes de ces deux personnalités pétillantes, qui se complètent plus qu'elles ne s'opposent. Un réel talent littéraire doublé d'un don pour les mélodies radieuses, des textes qui passent de l'intime à l'universel et font mouche à chaque fois... une jolie façon de collaborer qui ne pouvait que donner le meilleur.
concert
Place du Vieux Marché
Django Renard
Manitas de Platas l'a éveillé à la musique, Django Reinhardt lui a montré la voie. On peut trouver pire ! Malin, futé, Dominique Carré porte le jazz manouche dans son cœur, mais ne le laisse pas se couvrir de poussière... on peut respecter un style en lui apportant des pointes de folie douce. Ce guitariste habitué des collaborations diverses (Angelo Debarre, l'ex- Pow Wow Bertrand Pierre...) tisse des liens entre jazz contemporain, classique, swing et tradition manouche.
concert
Espace du Palais
My name is Prince
Quoi de plus naturel, pour le fils de l'Empereur proclamé du funk africain des 80's, de se réclamer de sa propre lignée en prolongeant l'héritage musical de son géniteur ? Ce gardien de la tradition Burkinabé n'est pourtant pas avare de son patrimoine : il le saupoudre allègrement de jazz, de rock, de blues... et rattache tous les styles liés par la Diaspora africaine à leur continent d'origine. La couronne retrouve sa place sous les accords enivrants de ce guitariste virtuose au groove contagieux.
concert
Place de la Pucelle
BBQ sauce atomique
La fusion des métaux lourds va maintenant se produire grâce à ce quatuor impossible, mesdames et messieurs. Arrivé à un degré de chaleur tel que même l'uranium demande grâce, il faut bien qu'il se passe un truc : et Dallas l'a trouvé. Le groupe rouennais évolue dans cette sphère inatteignable où blues du bayou et hip-hop bassu copulent comme des atomes frénétiques au bord de l'éclate. On ne sait pas trop nous-mêmes ce qui va se passer, mais on sait que ça va arracher comme jamais. Eux, ils savent -et ils jubilent.
concert
Place de la Calende
Surfin' birds
Fuzz, lunettes noires et décadence : voilà le programme de ce trio rouennais qui monte, qui monte. Leur spécialité ? Le garage-surf venu tout droit des 60's, des compiles Nuggets et des trouvailles de Crypt records. Pied au plancher, ils enchaînent comme des forcenés disques et tournées en France comme à l'étranger -car à Rouen, il n'y a peut-être pas la mer, mais certainement plus de tradition rock'n roll que de sable à se coller entre les orteils.
concert
Place Saint Marc
Black Antigone
Appelée tout simplement Fatou par ses fans, cette actrice et chanteuse qui a eu l'audace de tout quitter pour poursuivre ses rêves est aussi une résistante. S'emparant de la guitare « parce qu'elle n'est pas réservée aux hommes », la cause des femmes dans le monde lui est chère. Son album « Fatou » sorti en 2011 lui a ouvert les portes de collaborations avec Damon Albarn, Bobby Womack, Herbie Hancock... voici sur scène l'égérie féminine immanquable de toute l'Afrique de l'Ouest !